Home » Non classé » Baudelaire et les fesses d’Apollonie

Baudelaire et les fesses d’Apollonie

Apollonie Sabatier by Vincent Vidal

1857 est une date importante pour la littérature française.

La même année, deux grands écrivains ont été poursuivis par Napoleon III pour  » offense à la morale publique et à la religion »:

Gustave Flaubert et son roman « Emma Bovary ,à qui on a reproché de prôner l’adultère.

Charles Baudelaire,dont six poèmes de son recueil de poésie  » Les fleurs du mal  » seront censurés jusqu’en 1949.
Seul Baudelaire sera condamné.

 

Charles Baudelaire

Charles Baudelaire

L’érotisme  et la puissance de ces  six poèmes n’ont pas résisté au régime dictatorial et pudibond du second empire.

Critique d’art et journaliste Charles Baudelaire est le Prince des poètes.
Avant lui , la poésie française était fade, sans odeur et sans couleur.

Baudelaire c’est le dandy qui flâne dans Paris sans but .
C est lui le poète de la modernité, de la ville et de l’Amour.
Il a aimé trois femmes qui ont insufflé le souffle charnel à ses poèmes :
Jeanne Duval la sensuelle métisse.
Marie d’Aubrun la belle aux yeux verts .
Et pendant de longues années il a adulé la magnifique Apollonie Sabatier.
Parmi ses six poémes sulfureux censures par la justice , un etait destiné à Apollonie Sabatier : »à celle qui est trop gaie ».

Apollonie Sabatier était peintre et demi-mondaine au corps voluptueux .
Cette parisienne distinguée recevait et présidait un salon artistique qui lui a valu le surnom de  » la Présidente  »

Chaque dimanche ,près de la place Pigalle, elle a reçu chez elle les artistes les plus connus : Flaubert, Theophile Gauthier, Alexandre Dumas, Berlioz , Alfred de Musset, Gerard de Nerval et Baudelaire .
Charles Baudelaire est tombé fou amoureux de cette femme splendide au corps sculptural .
Leurs relations furent brèves mais Baudelaire ,subjugué par sa beauté , l’a choisie pour muse et a composé pour elle plusieurs autres poémes qui font désormais partie des classiques de la poésie française .

Baudelaire and his muse, Apollonie Sabatier by Thomas Couture ( Couture was the frites teacher of Manet)

Baudelaire and his muse, Apollonie Sabatier by Thomas Couture (

La belle Apollonie avait un riche amant qui était tres fier de posséder une femme avec de si belles fesses
Il demanda donc au sculpteur Clesinguer (gendre détesté de l’écrivain George Sand) de mouler son corps parfait afin de pouvoir l’exhiber devant tout le monde .

Apollonie est la seule femme dont on peut admirer les fesses dans deux musées différents à Paris.
Le petit Palais , qui possède la statue « Bacchante couchée » qui représente Apollonie nue et allongée sur des grappes de raisin.

Les belles fesses  d Apollonie  ou    "Bacchante couchée " au Petit Palais .

Les belles fesses
d Apollonie ou « Bacchante couchée  » au Petit Palais .

Le Musée d’Orsay a obtenu la deuxième statue  » femme piquée par un serpent ».
Cette statue a crée un double scandale en 1847.
Les visiteurs et les critiques furent d’abord choqués car la cellulite située en haut des cuisses d’Apollonie prouve que le corps du modèle avait été moulée c’est à dire copié et non sculpté.

Woman bitten by a snake ( Clésinger , museum of Orsay)

Woman bitten by a snake ( Clésinger , museum of Orsay)

Enfin , la pose tres suggestive du modèle  » femme piquée par un serpent  » suggérait davantage la vision érotique d’une femme ayant un orgasme plutôt que la douleur occasionnée par la morsure d’un serpent.

Woman bitten by a snake (front side ...)

Woman bitten by a snake (front side …)

Grâce à ce scandale , Appolonie connut le succès et multiplia les amants.
Son dernier amant fut le britannique mais parisien d’adoption ,Sir Richard Wallace.

Sir Richard Wallace  An English  Francophile

Sir Richard Wallace
An English Francophile

En 1872, grâce à sa fortune , il fit don à Paris de fontaines dans Paris afin que les parisiens ,qui avaient été assiégés pendant la guerre de 1870 ,ne meurent pas de soif.

The Foutain Wallace ( place St-Sulpice, Paris)

The Foutain Wallace ( place St-Sulpice, Paris)

On peut toujours admirer ces magnifiques 120 petites fontaines vertes qui sont toujours dans Paris.
Ces fontaines sont connues sous le nom de  » Fontaines Wallace ».
Sir Richard Wallace, en homme amoureux et généreux, n’a pas oublié son ancienne maîtresse puisqu’il a versé une rente à Appolonie ,ce qui lui a permis de vivre confortablement jusqu’à sa mort en janvier 1890.

 

Parisians drinking fresh water at Fontain Wallace at  Bastille's day, 1911

Parisians drinking fresh water at Fontain Wallace at Bastille’s day, 1911

Baudelaire lui a connu une fin moins heureuse car il est mort à 46 ans, pauvre, ignoré et méprisé par la critique littéraire .
Il a inspire tous les poètes français, de Verlaine à Rimbaud ainsi que l’Allemand Rilke et l’anglo-américain TS Elliot .

Pourtant ,il faudra attendre 1917 que Marcel Proust,André Gide et Paul Valéry fassent enfin découvrir le génie moderne de Baudelaire.

Heureusement, les belles fontaines vertes de Richard Wallace qui décorent Paris sont toujours là pour nous rappeler Baudelaire et son dernier amour…

Mais l’histoire n’est pas finie ….

J’ai fait la connaissance à Paris, la semaine dernière de la descendante de ce philanthrope francophile Sir Wallace .
Elle se prénomme Leonie Wallace.

Leonie  Wallace

Leonie Wallace

Cette charmante jeune femme canadienne est tombée amoureuse d’un français à Paris .Le couple vit désormais dans un petit village breton près du Mont Saint-Michel oû elle exerce avec beaucoup de succès la profession de « international love coach » sur internet .
Il existe en français une expression  » vivre d’amour et d’eau fraîche  » .

Cela signifie Que lorsqu’on est très amoureux on vit d’amour et d’eau fraîche sans se soucier du lendemain .

Poster of the French  movie  " d'Amour et d'eau fraîche"

Poster of the French movie
 » d’Amour et d’eau fraîche »

Leonie  Wallace a rencontré l’Amour à Paris, à l’endroit même où son ancêtre a apporté de l’eau fraîche aux parisiens
Jamais l’expression » d’amour et d’eau fraîche » n’a été si appropriée …

 

Ainsi je voudrais, une nuit,
Quand l’heuRe des voluptés sonne,
Vers les trésors de ta personne,
Comme un lâche, ramper sans bruit,

Pour châtier ta chair joyeuse,
Pour meurtrir ton sein pardonné,
Et faire à ton flanc étonné
Une blessure large et creuse,

Et, vertigineuse douceur !
A travers ces lèvres nouvelles,
Plus éclatantes et plus belles,
T’infuser mon venin, ma soeur !

 » À celle qui est trop gaie,extrait des Fleurs du mal  »

le site de Leonie Wallace :

http://www.awakenthebeauty.com/welcome.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>